Description générale du signe des Poissons

Dans le cycle du Zodiaque le signe des Poissons est le dernier. Il est représenté par deux Poissons orientés à l’opposé : l’un vers le passé (le bilan), l’autre vers l’avenir (la confiance). Ils sont reliés par un fil d’argent, symbole d’un présent précieux, porteur. Ses planètes sont Jupiter et Neptune, Dieu des océans. L’immensité, l’infini, et surtout la vie cachée sous la surface de l’eau, les fonds marins illimités et d’une telle profondeur que même la lumière n’y a pas accès : telles sont les premières images associées à l’Univers des Poissons.

La psychologie du signe est marquée du sceau de cette même immensité, de cette même dimension invisible, de cette même impression de fluidité insaisissable. Ré écoutez « La mer » de Debussy (je le fais en écrivant ces lignes) : que ressentez-vous ? L’impression sonore colle parfaitement avec le psychisme des Poissons. Essayons de repérer le thème musical, la mélodie, la structure rythmique, la tonalité.. Tout semble nous échapper. Splendide et envoutant. Oui, je parle bien du signe des Poissons.

poisson

Neptune est aussi le Dieu de la musique ou plus exactement de l’inspiration. Ce que l’on ressent au milieu de l’océan, ce que l’on éprouve seul en plongée sous l’eau ne saurait s’exprimer par des mots. Mais par de la musique, oui plus facilement. Il en est de même avec le signe des Poissons : difficile de décrire verbalement et synthétiquement son psychique avec des mots. Tentons toutefois de retenir quelques mots clés : évasion, rêve, fuite des limitations, fluidité, plasticité, flottement, souplesse, imprécision. Le monde des Poissons est ainsi fait. Opposé au signe de la Vierge, il en est le contraire et le complément. Là où il y a rigidité, ici il y a plasticité psychique, là où il y a réalisme, ici il y a imagination, émotion, impression, là où il y a rationalisme et ordre, ici il y a il y a intuition.

C’est comme si ce signe avait accès (plus ou moins consciemment) à d’autres plans du réel.  A l’observer, on ne le dirait pas. Ce que l’on perçoit en revanche, c’est la partie visible de l’iceberg, en l’occurrence de son être : il dégage en effet un charme fou, une séduction hors du commun, un envoutement plus subtil et plus profond que celui du scorpion. La beauté d’un bord de mer au crépuscule. Chaleur de la lumière dans son regard, profondeur de sa présence, bonté irradiante. Troisième signe d’EAU, sa sensibilité émotionnelle d’être humain parle à tous. A l’image de l’océan,  ses aspirations, qu’elles soient matérielles, sociales ou spirituelles semblent infinies. Si elles se situent sur les deux premiers plans, (c’est le cas de  la très grande majorité des personnes concernées), il recherchera l’ivresse du pouvoir, de la réussite, de l’honneur et de gloire. Il rêve d’or et de reconnaissance. Derrière son fair-play, sa gentillesse, et ses discours emprunt de moralité, il y a toujours quelque chose d’excessif chez lui, une quête d’horizons plus grands, plus vastes. Le pouvoir l’intéresse en tant que signe de puissance et de liberté.

C’est un as des relations humaines, un fin stratège, un diplomate. Il est comme l’eau épousant n’importe quel contenant. Son adaptabilité, sa malléabilité, sa souplesse mentale lui permet de faire face à de multiples situations, de saisir d’emblée le fonctionnement de son interlocuteur et, sans trop d’efforts, se calquer et lui dire ce qu’il a envie d’entendre.

Ainsi, quand ces multiples talents se conjuguent avec l’envie de réussir ( pour impressionner les autres comme lui-même est impressionné par ceux qui réussissent) alors les portes du succès s’ouvrent. Et pourtant, à peine franchie cette porte tant attendue, le voilà déjà reparti ailleurs vers une autre quête. Les pécheurs savent bien à quel point un poisson glisse des mains !!

Son système de besoins :

Etre reconnu pour ses capacités  de générosité et d’empathie pour les autres et la vie en générale. Cherche à se valoriser en étroite conformité avec les valeurs des groupes qu’ils côtoient- la plupart du temps, la culture personnelle, l’intelligence, l’argent.

Le manager type Poissons

Quel que soit le secteur dans lequel il œuvre, ce type de manager éprouve un vif besoin de se sentir utile, d’agir pour la collectivité, de rendre service. C’est le signe le plus oblatif du zodiaque, capable d’une empathie et d’un altruisme authentiques. Tout le monde apprécie sa cordialité et il fait souvent l’unanimité autour de lui.

Quand son environnement lui permet de satisfaire ces besoins là, il peut donner sans compter. Son énergie peut alors être remarquable, se traduisant par une puissance de travail exceptionnelle. Son sens de l’engagement voire du dévouement est palpable. Il attache toujours du prix à faire le mieux possible ce qu’on lui demande.. Ses propres managers apprécient son dévouement, la confiance qu’il inspire et qu’il manifeste, son intuition pour savoir ce qu’il faut faire et quand le faire. Particulièrement réceptif, il bénéficie d’une forme d’intuition qui lui permet  de comprendre rapidement les enjeux d’une situation. En fait, les particularités de son mental l’aident à se représenter le monde comme un tout, un ensemble cohérent, un seul bloc. Cet esprit de synthèse hors pair lui procure comme un sixième sens lui permettant de développer une vision souvent juste de ce qu’il convient de faire.

Le symbolisme du signe porte en lui un mouvement  temporel : il sait tirer du passé les enseignements pour l’avenir. Il retire de cette aptitude inconsciente une forme de confiance et une foi contagieuses dans l’avenir. Si le passé n’est pas toujours facile pour lui, il ne veut projeter dans l’avenir que les éléments positifs. Ainsi, entraîne t-il les autres dans sa vision des choses. Il veut réussir, il va réussir : ils vont réussir !

En terme de management il est l’un des rares à savoir inciter chez les autres le même type de « dépassement » dont il est capable. Il peut porter une vision de l’avenir qui fédère les équipes, les mobilise pour une cause, un rêve, un projet qui va au-delà des situations individuelles. Par exemple, s’il est fonctionnaire il évoquera la mission du service public, s’il travaille dans l’édition il mettra l’accent sur l’importance de la culture, s’il travaille dans le monde du transport il mettra en exergue les valeurs de sécurité et du rapprochement des familles auxquelles chaque employé contribue. A mi chemin entre un savoir faire et un savoir être, cette faculté est, pour un manager un atout considérable !

Comme le Sagittaire avec lequel il partage les caractéristiques de la planète Jupiter, il semble également avoir confiance en lui, être sur de sa valeur. Il cherche à la montrer, étaler ses richesses (quelles qu’elles soient). Rien ne semble l’effrayer, il se réjouit d’avoir des responsabilités toujours plus importantes. Apparemment, peu de doutes semblent l’habiter. Par ailleurs, il fait preuve d’une telle plasticité psychique que son sens de l’adaptation est quasi proverbiale. Ainsi, confiant et adaptable, dévoué et visionnaire on le retrouve souvent à des postes de haut niveau, à jouer des rôles importants de la société.

En revanche, ce n’est pas dans la gestion qu’il excellera. Non pas qu’il n’en soit pas capable, mais il n’est pas toujours constant, parfois même un peu brouillon ou expéditif et il manque de constance, d’auto discipline. C’est plus souvent son humeur ou ses états d’âme qui le gouvernent qu’une échéance fiscale ou administrative !

S’il s’ennuie, se sent inutile ou s’il a l’impression de ne pas être suffisamment considéré, alors il peut partir en vrille. Il se désengage, s’investit à corps perdu à l’extérieur dans l’une de ses passions (peinture, photo, musique…). A moins qu’il cherche rapidement la porte de sortie. Comme son ami Cancer, autre signe d’EAU, ses tendances à fuir, à s’évader, à esquisser les sujets difficiles sont très fortes.

Enfin, comme rares sont les qualités qui ne portent pas en elles mêmes leur propres défauts, la confiance qu’il met dans les autres, sa cordialité quasi universelle le fragilise. Il est sujet aux abus de confiance, ne voit pas toujours que l’on abuse de son empathie et peut, amer, connaître des trahisons parmi ses plus proches collaborateurs. Quand il s’en rend compte, ne soyez pas sur son passage : ses colères exceptionnelles sont les plus puissantes de tout le zodiaque !! 

Ses verbes favoris

Je soutiens, j’aide, j’assiste, je protège, je réconforte,

Je fais et redonne confiance, j’encourage. Je reste à l’écoute, je comprends.

Je synthétise. Je porte un regard lointain et inspiré sur « notre » avenir.

Parole à ceux qui n’ont pas apprécié de travailler avec un manager  de style Poissons

Tout le monde garde un bon souvenir de l’arrivée  L.P.  dans l’entreprise et des quatre premières années. C’était un très bon DRH. Un mot pour chacun,  toujours  disponible, très à l’écoute.  C’était très agréable de travailler avec lui.

Ah, bien sûr il avait ses petits défauts comme tout le monde. Par exemple, la ponctualité. Rarement à l’heure, ses horaires étaient des plus fantaisistes. Il semblait toujours très affairé. Un peu brouillon sur les bords, mais rien de bien grave !

Ce qui m’a obligé de m’en séparé ce sont ses comportements. J’avais déjà observé que lors des fêtes occasionnelles, il ne savait plus s’arrêter. Il en faisait trop. L’alcool aidant, il oubliait de marquer une certaine distance avec le personnel. Il devenait plus que familier, oubliait les devoirs que sa fonction et son statut l’obligeaient à respecter. C’est comme s’il se laissait porter par l’ambiance. Les jours qui suivaient certains collègues ne s’en privaient pas pour se moquer de lui.. « aimablement » et il lui fallait toujours plusieurs semaines pour retrouver sa juste place.

L’an passé, il a connu de gros problèmes personnels et familiaux. Il a trouvé dans l’entreprise une sorte de « seconde » famille. Il a commencé à sympathiser avec quelques uns dont ses assistantes  et des vendeuses. Ils se voyaient régulièrement le week-end et passaient parfois des vacances ensembles.

Progressivement, il s’est mis à perdre toute objectivité dans sa manière de traiter les dossiers du personnel, favorisant sa bande de copains. Je lui ai fait remarquer. Il m’a juré d’y faire attention.

Des promesses, rien que des promesses. Grand sourire par devant, toujours d’accord avec mes demandes, on lui aurait donné l’absolution rien que par le regard de chien battu qu’il savait si bien mimer.

Mais en fait, les choses ne se sont pas du tout arrangées ! Au contraire !  Leurs sorties étaient de plus en plus fréquentes et lui jouait le Gentil Organisateur ! Et puis il y a eu ces histoires de coucheries, d’harcèlement sexuel !

Je n’ai jamais su la vérité sur ces histoires. Il a toujours nié, m’a supplié de le croire, mais tout le monde l’accusait. Il m’a été impossible de le garder ».